Textes > Théâtre (extraits) > Les Fourberies de Scapin de Molière (Acte II, scène 7) Source : Gallica Pour jouer un mauvais tour à Géronte dont il cherche à se venger, Scapin prétend que son fils Léandre a été capturé par des Turcs qui lui demandent une rançon en échange de sa libération. ARGANTE.- Ou s’ils entreprendront de l’excuser ? Les Fourberies de Scapin « Il y a peu de choses qui me soient impossibles, quand je m'en veux mêler. OCTAVE.- N’as-tu rien appris de ce qui me regarde ? Voilà son amour augmenté par les difficultés. Titre Les fourberies de Scapin : texte intégral - texte intégral . OCTAVE.- Et que cette fille est mandée de Tarente ici pour cela ? La mine résolue, la tête haute, les regards assurés. Il la trouve charmante. 1881. SCAPIN.- Assurément. Folio + collège. OCTAVE.- Ô Ciel ! OCTAVE.- Un jour que je l’accompagnais pour aller chez les gens qui gardent l’objet de ses vœux, nous entendîmes dans une petite maison d’une rue écartée, quelques plaintes mêlées de beaucoup de sanglots. Voilà qui est bien. ARGANTE.- Je vous remercie. Une seule solution : appeler le valet Scapin à la rescousse. ARGANTE.- Cela est vrai. ARGANTE.- Que me viens-tu conter ? Lire ou télécharger "Les Fourberies de Scapin" gratuitement en ligne et en ebook EPUB, PDF et Kindle. SILVESTRE.-Oui. Mais que vois-je ? J'ai sans douteii reçu du Ciel un génie assez beau pour toutes les SILVESTRE.-Ce matin même. HYACINTE.- Je vous conjure, à son exemple, par tout ce qui vous est le plus cher au monde, de vouloir servir notre amour. Les Fourberies de Scapin, oeuvre complète à lire et télécharger. je suis perdu [10] VAR. (1682). ARGANTE.- Cela m’aurait donné plus de facilité à rompre ce mariage. OCTAVE.- Et qu’il revient dans la résolution de me marier ? Il voit une jeune personne qui lui veut du bien (car il tient de vous, d’être aimé de toutes les femmes). Oeuvres & thèmes. Les intrigues amoureuses se mêlent aux fourberies du valet Scapin, personnage inspiré de la commedia dell’arte. entre les personnages. SCAPIN.- J’ai fait de grands serments de ne me mêler plus du monde ; mais si vous m’en priez bien fort tous deux, peut-être... OCTAVE.- Ah, s’il ne tient qu’à te prier bien fort pour obtenir ton aide, je te conjure de tout mon cœur de prendre la conduite de notre barque. OCTAVE.- Mon père arrive avec le seigneur Géronte, et ils me veulent marier. LES FOURBERIES DE SCAPIN Production : Théâtre du Nouveau Monde Texte : Molière Mise en scène : Carl Béchard Distribution : Simon Beaulé-Bulman, Marie-Ève Beaulieu, Carol Bergeron, Benoît Brière, Patrice Coquereau, David-Alexandre Després, Marcelle Hudon, Sébastien René, André Robitaille, Catherine Sénart et Tatiana Zinga Botao Comédie, 1671.Inspirée de Térence (Le Phonnionl, mais aussi des farces contemporaines d'un Tabarin, cette comédie vaut sur­ tout par le mouvement rapide d'une action qui multiplie les péripéties et … une hyperbole (exagération) et deux métaphores (qui viennent d'une comparaison).. L'hyperbole est une exagération : Octave dit qu'il est « assasiné » alors qu'il est inquiet du retour de son père. , vous, et soyez en repos. HYACINTE.- Il ne saurait m’être contraire, si vous m’êtes fidèle. Je voudrais bien que l’on m’eût donné autrefois nos vieillards à duper ; je les aurais joués tous deux par-dessous la jambe ; et je n’étais pas plus grand que cela, que je me signalais déjà par cent tours d’adresse jolis. �� �Oau����%%�������ܮ���/��'��\Q=��xR���e����]�dH6���M�{k}k���M��c �D�4PpġT�7��}��|��܅9��-�6}��:b�V:Ø�cR����Ct3d�{���Vcwj ���;��7�ډ���Ď�pj��C.���� SCAPIN.- Qu’est-ce, Seigneur Octave, qu’avez-vous ? Date de parution 27 août 2014. Quatrième de couverture. SCAPIN : De grâce, Monsieur… ARGANTE : Non, je … par où sortir de l’embarras où je me trouve ? parmi les femmes, que vous faisiez de votre drôle avec les plus galantes de ce temps-là ; et que vous n’en approchiez point, que vous ne poussassiez à bout. des noms des personnages, identification des identités et des relations. Il excellait dans les procédés comiques qui lui valut une forte renommée. Tous ces textes reposent sur la scène d’exposition. ARGANTE.- Je ne suis pas de cet avis, moi, et je veux faire du bruit tout mon soûl. Il ne saurait plus vivre, qu’il n’aille consoler son aimable affligée. ARGANTE.- Quoi, je n’aurai pas pour moi les droits de père, et la raison de la violence qu’on a faite à mon fils [14] Je n’aurai pas, pour étayer ma plainte, les droits de père et l’argument de la violence faite à mon fils ? OCTAVE.-Qu’il arrive ce matin même ? Ne laissons pas d’attendre le vieillard. SCAPIN.- Monsieur, je suis ravi de vous voir de retour. Lecture 1 : … Les Copains d’avant… et leurs copines Alors que leurs pères sont partis en voyage, Octave, fils d’Argante et Léandre, fils de Géronte, se sont épris l’un de Hyacinthe, jeune fille pauvre et de … �]mY�Q��@>,��͝�[f���۸�ӭm�6���t�g�10nl���g��`�C�{�F�F�c���c��=6� Les Fourberies de Scapin sont une comédie de Molière, en 3 actes et en prose, représentée sur le théâtre du Palais-Royal, le 21 mai 1671.. Vous n’aurez pas ce cœur-là. Extrait du texte :la scène 3. OCTAVE.- Ah, mon pauvre Scapin, je suis perdu, je suis désespéré ; je suis le plus infortuné de tous les hommes. OCTAVE.- Ah fâcheuses nouvelles pour un cœur amoureux ! OCTAVE.- Après quelques paroles, dont je tâchai d’adoucir la douleur de cette charmante affligée, nous sortîmes de là ; et demandant à Léandre ce qu’il lui semblait de cette personne, il me répondit froidement qu’il la trouvait assez jolie. Créé en . tu ne sais pas la cause de mon inquiétude. Liste des textes actuellement disponibles sur le serveur L'Avare Dom Juan, ou le festin de pierre L'école des femmes (1662) Les fourberies de Scapin Tartuffe, ou l'imposteur Recherche d'occurrences Vous pouvez rechercher un mot dans le corpus de l'auteur. SCAPIN.- La tendresse paternelle fera son office. vous demeurez interdit ! SCAPIN.- Hé bien, qu’y a-t-il là de si funeste ? ma chère Hyacinte, mon cœur n’est donc pas fait comme celui des autres hommes, et je sens bien pour moi que je vous aimerai jusqu’au tombeau. SCAPIN.- Celui-là [i] Celui-là : au sens neutre de cela. Titre Les fourberies de Scapin : texte intégral - texte intégral . ARGANTE.- Je voudrais bien savoir ce qu’ils me pourront dire sur ce beau mariage. COMÉDIE. ©Electre 2020. OCTAVE.- Oui, belle Hyacinte, et ces nouvelles m’ont donné une atteinte cruelle. OCTAVE.- Et cet oncle, dis-tu, sait toutes nos affaires. Là, tâchez de vous composer par étude [9] De vous composer par étude : d’apprendre votre rôle et de vous donner une contenance en vous préparant à cette rencontre. ARGANTE.- A-t-on jamais ouï parler d’une action pareille à celle-là ? HYACINTE.- J’ai ouï dire, Octave, que votre sexe aime moins longtemps que le nôtre, et que les ardeurs que les hommes font voir, sont des feux qui s’éteignent aussi facilement qu’ils naissent. Poids 175 g. Et se vend pour l'Auteur, Chez PIERRE LE MONNIER, au Palais, vis à vis la Porte de L'Eglise de la Sainte-Chapelle, à l'Image Saint Louis, et au Feu Divin. Voir. Il presse, supplie, conjure ; point d’affaire. Voulez-vous qu’il confesse qu’il ait été capable de crainte, et que ce soit par force qu’on lui ait fait faire les choses ? Il ne vous dira pas le contraire. Commentaire de texte de 2 pages en littérature : Les Fourberies de Scapin, Molière - acte I, scène 1. 1 h L / O. Séance 3. [1] Consolatif : apte à consoler (se dit d’habitude des propos, des discours, et non des personnes). [14] Je n’aurai pas, pour étayer ma plainte, les droits de père et l’argument de la violence faite à mon fils ? se pourra faire. Youtube The Voice 2020 France, Projet Immobilier Agdal Rabat, Buggy Homologué 4x4, Haeberlin 3 étoiles, Ajp Immobilier Vendée, Projet Lotissement Bas-rhin 2020, Darty Micro-ondes Samsung, Blouson Verney Carron, Exercice Comptabilité Pdf, " />

les fourberies de scapin texte

Demandez-lui un peu quelles belles réprimandes je lui ai faites, et comme je l’ai chapitré sur le peu de respect qu’il gardait à un père, dont il devrait baiser les pas. Je fus piqué de la froideur avec laquelle il m’en parlait, et je ne voulus point lui découvrir l’effet que ses beautés avaient fait sur mon âme. Conseils de lecture. ARGANTE.- Voilà une témérité bien grande ! Qu’y a-t-il ? Ce serait se faire tort, et se montrer indigne d’un père comme vous. ARGANTE.- Hoy. SCAPIN.- Je ne vois pas encore où ceci veut aller. ARGANTE.- Il devait donc aller tout aussitôt protester de violence chez un notaire. Le nom de ma chaîne a changé! SCAPIN.- Chut. OCTAVE.- Hélas ! reçu du Ciel un génie assez beau pour toutes les fabriques [3] Les fabriques : les inventions. Ne laissez pas de me conter votre aventure. Les Fourberies de Scapin I, 1 - II, 5 - III, 2. J’ai déjà pris, sans l’avoir vue, une aversion effroyable pour celle que l’on me destine ; et sans être cruel, je souhaiterais que la mer l’écartât d’ici pour jamais. SCAPIN.- Il a déjà appris l’affaire, et elle lui tient si fort en tête, que tout seul il en parle haut. Précédent Suivant Quand la bande dessinée est associée au théâtre ! Oh ! Dimensions 18,00 cm x 13,00 cm. SCAPIN.- Demandez-lui plutôt. Les Fourberies de Scapin de Molière, texte intégral avec note et notice. OCTAVE.- Je suis assassiné par ce maudit retour. Remarque : dans ce texte, se trouvent deux figures de style, c'est-à-dire des mots employés dans un sens détourné :. Il consulte dans sa tête, agite, raisonne, balance, prend sa résolution ; le voilà marié avec elle depuis trois jours. Son cœur prend feu dès ce moment. Etude de la scène I,3 Les Fourberies de Scapin, texte occulté en partie. C’est bien là de quoi se tant alarmer. SILVESTRE.- J’étais bien étonné s’il m’oubliait. Le moyen de s’en empêcher ? Finissons ce discours qui m’échauffe la bile. Allez-vous-en [7] VAR. OCTAVE.- Quelque temps après, Léandre fit rencontre d’une jeune Égyptienne [i] Égyptienne : dans la comédie, égyptien a souvent le sens de bohémien. SCAPIN.— À vous dire la vérité, il y a peu de choses qui me soient impossibles, quand je m'en veux mêler. Il n’a garde d’aller avouer cela. Les Fourberies de Scapin, la scène du sac (Acte III, scène 2), Molière. SCAPIN.- Si fait, j’y ai d’abord été, moi, lorsque j’ai su la chose, et je me suis intéressé pour vous, jusqu’à quereller votre fils. Vous êtes ici : > Textes > Théâtre (extraits) > Les Fourberies de Scapin de Molière (Acte II, scène 7) Source : Gallica Pour jouer un mauvais tour à Géronte dont il cherche à se venger, Scapin prétend que son fils Léandre a été capturé par des Turcs qui lui demandent une rançon en échange de sa libération. Un peu de hardiesse, et songez à répondre résolûment sur tout ce qu’il pourra vous dire. A propos du livre "Les Fourberies de Scapin" Jouée pour la première fois au théâtre du Palais-Royal à Paris en 1671, Les Fourberies de Scapin est une comédie de Molière en trois actes. Collection Classiques Hatier. SCAPIN.- Voulez-vous qu’il soit aussi sage que vous ? Mais je serais d’avis que vous ne fissiez point de bruit. Tous ces textes reposent sur la scène d’exposition. (Parlant à Hyacinte.) �U��-��~ϼ˞�8ՕEl�HC�"�P2�qfX���Q�ֺr;����i��zj?�M�vj��eٖ�8�",�Y.�V�q&w�m��y�û�-rҮ �cVh��Mwi\�E�no�����x}V�Ӻ��f�M��QJp�����{: �z�#���Z�~�˞������-:H�c�Va�X��?9�F�P�+��:/5���4�3=��`�Y���z�d��Y�����W�^��C� �K*V�0]%��'�]��yT}� ��(�#�,�� �:[b� la structure du texte, le plan et la problématique. OCTAVE.- À qui mon père les a mandées par une lettre ? SCAPIN.- Il faut pourtant paraître ferme au premier choc, de peur que, sur votre faiblesse, il ne prenne le pied de vous mener comme un enfant [8] De peur que, profitant de votre faiblesse, il ne s’habitue à vous mener comme un enfant. Les fourberies de Scapin /Molière 1 I.Lespersonnages 1)Observezlalistedespersonnages.Àquellecatégorie appartiennentcespersonnages?Cherchezdans ... TEXTES CLASSIQUES Les fourberies de Scapin Molière Fichepédagogiqueréalisée parVirginieFauvin , professeureagrégée delettresmodernes. ARGANTE.- Mon Dieu, fort bon. De peur que, profitant de votre faiblesse, il ne s’habitue à vous mener comme un enfant. OCTAVE.- Que dois-je faire ? OCTAVE.- Comment ? Editeur Hatier. . Scapin, un valet, promet de tout arranger. Le texte présent est tirée des fourberies de Scapin, pièce jouée pour la première fois le 27 maï 1671 elle connu un faible succès car on lui reprochais la grossièreté es procéder comique et l’immoralité du sujet. OCTAVE.- Ah ! ARGANTE.- Une hardiesse pareille à celle-là ? qu’il aille au diable avec son mulet ! Vient de paraitre; Sélections. Il ne m’entretenait que d’elle chaque jour ; m’exagérait à tous moments sa beauté, et sa grâce ; me louait son esprit, et me parlait avec transport des charmes de son entretien, dont il me rapportait jusqu’aux moindres paroles, qu’il s’efforçait toujours de me faire trouver les plus spirituelles du monde. Je veux dire qu’il s’est trouvé fatalement engagé dans cette affaire. J’en demeure d’accord ; mais je m’en suis toujours tenu à la galanterie, et je n’ai point été jusqu’à faire ce qu’il a fait. Voyons un peu tes belles raisons." OCTAVE.- Ô Ciel ! Mais j’ai bien la mine, pour moi, de payer plus cher vos folies, et je vois se former de loin un nuage de coups de bâton qui crèvera sur mes épaules. SCAPIN.- Mon Dieu, vous prenez mes paroles trop en philosophe. C’en est trop, et nous irons devant les juges. OCTAVE.-Ah fâcheuses nouvelles pour un cœur amoureux ! ARGANTE.- Et pourquoi s’y engageait-il ? Que diable, te voilà grand et gros comme père et mère, et tu ne saurais trouver dans ta tête, forger dans ton esprit quelque ruse galante, quelque honnête petit stratagème, pour ajuster vos affaires ? OCTAVE.- Avec une fille du seigneur Géronte ? SILVESTRE.- Je te conjure au moins de ne m’aller point brouiller avec la justice. Editeur Gallimard. . Il n’a pas tant de tort de s’aller marier de but en blanc avec une inconnue ? Auteur du texte. Molière est au sommet de son écriture…. SILVESTRE.- Maintenant mets avec cela le retour imprévu du père, qu’on n’attendait que dans deux mois ; la découverte que l’oncle a faite du secret de notre mariage, et l’autre mariage qu’on veut faire de lui [5] De lui : d’Octave. SCAPIN.- Il faut, pour son honneur, et pour le vôtre, qu’il dise dans le monde, que c’est de bon gré qu’il l’a épousée. SCAPIN.- Oh je n’en doute point ; et sans l’avoir vue, je vois bien qu’elle était tout à fait charmante. Peste soit du butor. ARGANTE.- Tu n’as pas ouï parler de ce qui s’est passé dans mon absence ? Quelle affaire, Scapin ? � ���hDk�e�7�[��$�}c�-� ��N�w�{�{�d��Z���q�S�����g�����J��������6i����'�SF�D2�L)�+��Y�=��vED `,,�т�p��� %��8��z���⬘�b��$U Il pousse sa fortune. Ne pleurez donc point, je vous prie, mon aimable Hyacinte, car vos larmes me tuent, et je ne les puis voir sans me sentir percer le cœur. Les Fourberies de Scapin, oeuvre complète. OCTAVE.- Tu sais, Scapin, qu’il y a deux mois que le seigneur Géronte, et mon père, s’embarquèrent ensemble pour un voyage qui regarde certain commerce où leurs intérêts sont mêlés. Dimensions 18,00 cm x 13,00 cm. Le voilà surpris avec elle par ses parents, qui la force à la main le contraignent de l’épouser. [i] Égyptienne : dans la comédie, égyptien a souvent le sens de bohémien. Étude sur Molière : le Mariage forcé ; les Fourberies de Scapin / Alphonse Leveaux. Lisez ce Archives du BAC Commentaire de texte et plus de 247 000 autres dissertation. SILVESTRE.-Oui. LES FOURBERIES DE SCAPIN. OCTAVE.- Je m’en vais prendre plus de résolution, et je répondrai fermement. OCTAVE.- Comme nous sommes grands amis, il me fit aussitôt confidence de son amour, et me mena voir cette fille, que je trouvai belle à la vérité, mais non pas tant qu’il voulait que je la trouvasse. Laisse-moi un peu quereller en repos. SILVESTRE.-Du seigneur Géronte. OCTAVE.- Eh peut-on vous aimer, qu’on ne vous aime toute sa vie ? Je ne déshériterai pas mon fils. Elle en usa fort mal avec moi, et je me dépitai de telle sorte contre l’ingratitude du siècle, que je résolus de ne plus rien faire. AVEC PRIVILÈGE DU ROI. ARGANTE.- Tous leurs discours seront inutiles. OCTAVE.-Avec une fille du seigneur Géronte ? OCTAVE.-Et que cette fille est mandée de Tarente ici pour cela ? . 2 h L/ Séance 4. ARGANTE.- Bonjour, Scapin [12] VAR. (À Silvestre.) SILVESTRE.- J’avoue que le Ciel ne m’a pas donné tes talents, et que je n’ai pas l’esprit, comme toi, de me brouiller avec la justice. À quel remède recourir ? SCAPIN.- Laisse-moi faire, la machine est trouvée. "Comment, pendard, vaurien, infâme, fils indigne d’un père comme moi, oses-tu bien paraître devant mes yeux après tes bons déportements, après le lâche tour que tu m’as joué pendant mon absence ? OCTAVE.- Lorsque mon père apprendra les choses, je vais voir fondre sur moi un orage soudain d’impétueuses réprimandes. Or, l'un d'eux vient d'épouser en secret Hyacinte et l'autre a promis le mariage à une jeune bohémienne. une hyperbole (exagération) et deux métaphores (qui viennent d'une comparaison).. L'hyperbole est une exagération : Octave dit qu'il est « assasiné » alors qu'il est inquiet du retour de son père. OCTAVE.- Elle faisait fondre chacun en larmes, en se jetant amoureusement sur le corps de cette mourante, qu’elle appelait sa chère mère ; et il n’y avait personne qui n’eût l’âme percée, de voir un si bon naturel. SCAPIN.- C’est une chose dont il ne demeurera pas d’accord. MOLIERE. Les fourberies de Scapin /Molière 1 I.Lespersonnages 1)Observezlalistedespersonnages.Àquellecatégorie appartiennentcespersonnages?Cherchezdans ... TEXTES CLASSIQUES Les fourberies de Scapin Molière Fichepédagogiqueréalisée parVirginieFauvin , professeureagrégée delettresmodernes. )��9���( +������6*AD�r0*���������0���_ O)0�X�3�%���H;�!�.ka�^��^��/��Ey&�����}j����ʺJ��o���Ʒ(&P��. pour notre subsistance, et nous avons de tous côtés des gens qui aboient après nous. ituation : il s’agit d’une des scènes les plus célèbres des Fourberies de Scapin, voire du théâtre moliéresque tout entier. avec la fille que le seigneur Géronte a eue d’une seconde femme qu’on dit qu’il a épousée à Tarente. OCTAVE.- Conseille-moi, du moins, et me dis ce que je dois faire dans ces cruelles conjonctures. LXXI. ARGANTE.- Il ne faut point dire bagatelles. SCAPIN.- Non ; mais il ne tiendra qu’à vous que je la sache bientôt ; et je suis homme consolatif [1] Consolatif : apte à consoler (se dit d’habitude des propos, des discours, et non des personnes). ARGANTE.- Et pour le coquin de Silvestre, je le rouerai de coups. SCAPIN.- C’est ce qu’il n’a pas voulu faire. que votre père est de retour, et qu’il veut vous marier ? SCAPIN.- Eussiez-vous voulu qu’il se fût laissé tuer ? J’ai des secrets pour déguiser ton visage et ta voix. SCAPIN.- Va, va ; nous partagerons les périls en frères ; et trois ans de galère de plus, ou de moins, ne sont pas pour arrêter un noble cœur. ARGANTE.- Ah, ah, vous voilà donc, sage gouverneur de famille, beau directeur de jeunes gens. OCTAVE.- C’est que je m’imagine que c’est mon père que j’entends. Je vous vois tout troublé. ARGANTE.- Ah, ah, voici une raison la plus belle du monde. SCAPIN.- Çà, essayons un peu, pour vous accoutumer. Octave. SCAPIN.- Et vous, ne me dites-vous rien ? Le voilà enfui. SCAPIN.- Eh oui. . ARGANTE.- Tâcheront-ils de me nier la chose ? Vous êtes ici : > Textes > Théâtre (extraits) > Les Fourberies de Scapin de Molière (Acte II, scène 7) Source : Gallica Pour jouer un mauvais tour à Géronte dont il cherche à se venger, Scapin prétend que son fils Léandre a été capturé par des Turcs qui lui demandent une rançon en échange de sa libération. ARGANTE.- Ou s’ils entreprendront de l’excuser ? Les Fourberies de Scapin « Il y a peu de choses qui me soient impossibles, quand je m'en veux mêler. OCTAVE.- N’as-tu rien appris de ce qui me regarde ? Voilà son amour augmenté par les difficultés. Titre Les fourberies de Scapin : texte intégral - texte intégral . OCTAVE.- Et que cette fille est mandée de Tarente ici pour cela ? La mine résolue, la tête haute, les regards assurés. Il la trouve charmante. 1881. SCAPIN.- Assurément. Folio + collège. OCTAVE.- Ô Ciel ! OCTAVE.- Un jour que je l’accompagnais pour aller chez les gens qui gardent l’objet de ses vœux, nous entendîmes dans une petite maison d’une rue écartée, quelques plaintes mêlées de beaucoup de sanglots. Voilà qui est bien. ARGANTE.- Je vous remercie. Une seule solution : appeler le valet Scapin à la rescousse. ARGANTE.- Cela est vrai. ARGANTE.- Que me viens-tu conter ? Lire ou télécharger "Les Fourberies de Scapin" gratuitement en ligne et en ebook EPUB, PDF et Kindle. SILVESTRE.-Oui. Mais que vois-je ? J'ai sans douteii reçu du Ciel un génie assez beau pour toutes les SILVESTRE.-Ce matin même. HYACINTE.- Je vous conjure, à son exemple, par tout ce qui vous est le plus cher au monde, de vouloir servir notre amour. Les Fourberies de Scapin, oeuvre complète à lire et télécharger. je suis perdu [10] VAR. (1682). ARGANTE.- Cela m’aurait donné plus de facilité à rompre ce mariage. OCTAVE.- Et qu’il revient dans la résolution de me marier ? Il voit une jeune personne qui lui veut du bien (car il tient de vous, d’être aimé de toutes les femmes). Oeuvres & thèmes. Les intrigues amoureuses se mêlent aux fourberies du valet Scapin, personnage inspiré de la commedia dell’arte. entre les personnages. SCAPIN.- J’ai fait de grands serments de ne me mêler plus du monde ; mais si vous m’en priez bien fort tous deux, peut-être... OCTAVE.- Ah, s’il ne tient qu’à te prier bien fort pour obtenir ton aide, je te conjure de tout mon cœur de prendre la conduite de notre barque. OCTAVE.- Mon père arrive avec le seigneur Géronte, et ils me veulent marier. LES FOURBERIES DE SCAPIN Production : Théâtre du Nouveau Monde Texte : Molière Mise en scène : Carl Béchard Distribution : Simon Beaulé-Bulman, Marie-Ève Beaulieu, Carol Bergeron, Benoît Brière, Patrice Coquereau, David-Alexandre Després, Marcelle Hudon, Sébastien René, André Robitaille, Catherine Sénart et Tatiana Zinga Botao Comédie, 1671.Inspirée de Térence (Le Phonnionl, mais aussi des farces contemporaines d'un Tabarin, cette comédie vaut sur­ tout par le mouvement rapide d'une action qui multiplie les péripéties et … une hyperbole (exagération) et deux métaphores (qui viennent d'une comparaison).. L'hyperbole est une exagération : Octave dit qu'il est « assasiné » alors qu'il est inquiet du retour de son père. , vous, et soyez en repos. HYACINTE.- Il ne saurait m’être contraire, si vous m’êtes fidèle. Je voudrais bien que l’on m’eût donné autrefois nos vieillards à duper ; je les aurais joués tous deux par-dessous la jambe ; et je n’étais pas plus grand que cela, que je me signalais déjà par cent tours d’adresse jolis. �� �Oau����%%�������ܮ���/��'��\Q=��xR���e����]�dH6���M�{k}k���M��c �D�4PpġT�7��}��|��܅9��-�6}��:b�V:Ø�cR����Ct3d�{���Vcwj ���;��7�ډ���Ď�pj��C.���� SCAPIN.- Qu’est-ce, Seigneur Octave, qu’avez-vous ? Date de parution 27 août 2014. Quatrième de couverture. SCAPIN : De grâce, Monsieur… ARGANTE : Non, je … par où sortir de l’embarras où je me trouve ? parmi les femmes, que vous faisiez de votre drôle avec les plus galantes de ce temps-là ; et que vous n’en approchiez point, que vous ne poussassiez à bout. des noms des personnages, identification des identités et des relations. Il excellait dans les procédés comiques qui lui valut une forte renommée. Tous ces textes reposent sur la scène d’exposition. ARGANTE.- Je ne suis pas de cet avis, moi, et je veux faire du bruit tout mon soûl. Il ne saurait plus vivre, qu’il n’aille consoler son aimable affligée. ARGANTE.- Quoi, je n’aurai pas pour moi les droits de père, et la raison de la violence qu’on a faite à mon fils [14] Je n’aurai pas, pour étayer ma plainte, les droits de père et l’argument de la violence faite à mon fils ? OCTAVE.-Qu’il arrive ce matin même ? Ne laissons pas d’attendre le vieillard. SCAPIN.- Monsieur, je suis ravi de vous voir de retour. Lecture 1 : … Les Copains d’avant… et leurs copines Alors que leurs pères sont partis en voyage, Octave, fils d’Argante et Léandre, fils de Géronte, se sont épris l’un de Hyacinthe, jeune fille pauvre et de … �]mY�Q��@>,��͝�[f���۸�ӭm�6���t�g�10nl���g��`�C�{�F�F�c���c��=6� Les Fourberies de Scapin sont une comédie de Molière, en 3 actes et en prose, représentée sur le théâtre du Palais-Royal, le 21 mai 1671.. Vous n’aurez pas ce cœur-là. Extrait du texte :la scène 3. OCTAVE.- Ah, mon pauvre Scapin, je suis perdu, je suis désespéré ; je suis le plus infortuné de tous les hommes. OCTAVE.- Ah fâcheuses nouvelles pour un cœur amoureux ! OCTAVE.- Après quelques paroles, dont je tâchai d’adoucir la douleur de cette charmante affligée, nous sortîmes de là ; et demandant à Léandre ce qu’il lui semblait de cette personne, il me répondit froidement qu’il la trouvait assez jolie. Créé en . tu ne sais pas la cause de mon inquiétude. Liste des textes actuellement disponibles sur le serveur L'Avare Dom Juan, ou le festin de pierre L'école des femmes (1662) Les fourberies de Scapin Tartuffe, ou l'imposteur Recherche d'occurrences Vous pouvez rechercher un mot dans le corpus de l'auteur. SCAPIN.- La tendresse paternelle fera son office. vous demeurez interdit ! SCAPIN.- Hé bien, qu’y a-t-il là de si funeste ? ma chère Hyacinte, mon cœur n’est donc pas fait comme celui des autres hommes, et je sens bien pour moi que je vous aimerai jusqu’au tombeau. SCAPIN.- Celui-là [i] Celui-là : au sens neutre de cela. Titre Les fourberies de Scapin : texte intégral - texte intégral . ARGANTE.- Je voudrais bien savoir ce qu’ils me pourront dire sur ce beau mariage. COMÉDIE. ©Electre 2020. OCTAVE.- Oui, belle Hyacinte, et ces nouvelles m’ont donné une atteinte cruelle. OCTAVE.- Et cet oncle, dis-tu, sait toutes nos affaires. Là, tâchez de vous composer par étude [9] De vous composer par étude : d’apprendre votre rôle et de vous donner une contenance en vous préparant à cette rencontre. ARGANTE.- A-t-on jamais ouï parler d’une action pareille à celle-là ? HYACINTE.- J’ai ouï dire, Octave, que votre sexe aime moins longtemps que le nôtre, et que les ardeurs que les hommes font voir, sont des feux qui s’éteignent aussi facilement qu’ils naissent. Poids 175 g. Et se vend pour l'Auteur, Chez PIERRE LE MONNIER, au Palais, vis à vis la Porte de L'Eglise de la Sainte-Chapelle, à l'Image Saint Louis, et au Feu Divin. Voir. Il presse, supplie, conjure ; point d’affaire. Voulez-vous qu’il confesse qu’il ait été capable de crainte, et que ce soit par force qu’on lui ait fait faire les choses ? Il ne vous dira pas le contraire. Commentaire de texte de 2 pages en littérature : Les Fourberies de Scapin, Molière - acte I, scène 1. 1 h L / O. Séance 3. [1] Consolatif : apte à consoler (se dit d’habitude des propos, des discours, et non des personnes). [14] Je n’aurai pas, pour étayer ma plainte, les droits de père et l’argument de la violence faite à mon fils ? se pourra faire.

Youtube The Voice 2020 France, Projet Immobilier Agdal Rabat, Buggy Homologué 4x4, Haeberlin 3 étoiles, Ajp Immobilier Vendée, Projet Lotissement Bas-rhin 2020, Darty Micro-ondes Samsung, Blouson Verney Carron, Exercice Comptabilité Pdf,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.